Paris : 100ha de végétalisation en plus d’ici 2020

La place de la nature dans l’environnement urbain est un élément prépondérant de la politique actuelle de la Ville de Paris. Depuis plusieurs mois, la Mairie fait appel à la population pour donner vie aux différents projets de végétalisation de la Capitale. Ce lundi 11 janvier 2016, c’est au tour des entreprises et des acteurs publics de s’engager.

Anne Hidalgo, Maire de Paris depuis 2014, a placé la végétalisation de la ville au cœur de ses objectifs prioritaires. Repenser le modèle urbain afin de rendre la ville plus respirable, optimisée et moins consommatrice en énergie, voilà l’un des grands défis de son mandat.

Après la mise en place du permis de végétaliser, la piétonnisation des berges de Seine et les différentes initiatives du programme « Du vert près de chez moi » ainsi que celles du vote participatif, la Ville semble mettre en place une véritable stratégie collaborative visant à introduire massivement le végétal dans la Capitale.

Végétalisation de Paris

Collaboration avec les entreprises privées et partenaires publics

L’une des ambitions de la Mairie de Paris est d’intégrer cette nature au-delà des parcs et jardins. D’ici 2020, fin de son mandat, Anne Hidalgo souhaite ainsi augmenter de 100 hectares la verdure parisienne (dont un tiers d’agriculture urbaine) en s’appuyant sur les possibilités du bâti végétalisé.

Afin d’atteindre cet objectif, Paris a demandé la collaboration d’acteurs économiques, publics et privés, prêts à s’engager auprès de la Ville de façon concrète dans la mise en place d’une végétalisation sur toits et façades. Ce 11 janvier 2016, sous l’impulsion de Pénélope Komitès, adjointe à la Maire en charge des espaces verts, de la nature et de la biodiversité, 33 partenaires ont ainsi signé la charte « Objectif 100 hectares ».

Par cette signature, ces collaborateurs prennent part au renforcement de la place de la nature dans la ville en proposant des surfaces destinées à être végétalisées dans le cadre de 2 appels à projets. Parmi eux, Monoprix, ERDF, RATP, JC Decaux, Eau de Paris ou encore Habitat Social Français. Une alliance qui permet à la Mairie un soutien de taille dans sa lutte contre l’émission des gaz à effet de serre et les ilots de chaleur urbains, compte tenu du patrimoine immobilier détenu par ces enseignes.

 

Les Paris-culteurs

Des projets à venir

Les appels à projets lancés aux « Paris-culteurs » visent à faire émerger 40 projets innovants à développer à Paris : 20 de végétalisation, 20 d’agriculture urbaine. Tous devront être « zéro phyto » et économes en eau. Les projets recensés seront recueillis dès avril et passeront devant un jury international en septembre, pour une mise en place dès 2017.

La signature de cette charte marque un début dans la mise en place de partenariats. La Mairie de Paris attend d’autres souscripteurs. De son côté, elle poursuit sur sa lancée : la municipalité annonce d’ores et déjà la plantation de 500 000 arbres d’ici 2020 et s’engage à installer 20 hectares supplémentaires au sein du patrimoine appartenant à la Ville. Cette promesse concerne les équipements existants (collèges, bibliothèques, complexes sportifs) mais surtout ceux à venir, car désormais chaque nouveau bâtiment construit devra comporter un mur ou une toiture végétalisée.

Autre projet de taille : la Mairie est aujourd’hui en quête d’un terrain de 2000 à 2500 m² afin d’élaborer une ferme urbaine en plein Paris ! A bon entendeur…

 

Les signataires : Accor Hotels Arena, Arcade, Bouygues Immobilier, Compagnie de Phalsbourg, CPCU, Eau de Paris, Elogie, ERDF, France habitation, Gecina, GRDF, Groupe SOS, Habitat social français, ICF La Sablière, Immobilère 3F, JC Decaux, Le Trot français, LogiRep, Monoprix, Nexity, Ogic, Opéra Bastille, Paris Habitat, Poste Immo, RATP, RIVP, Saint-Gobain, SAEMES, SEMAEST, SIEMP, SNCF, SNI, Tishman Speyer.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone