Balade champêtre sur un centre commercial

Le 19 mars dernier, l’Assemblée Nationale votait en faveur d’un texte visant à protéger la biodiversité. Une petite révolution dans la façon d’envisager la ville… et les centres commerciaux.

«  Pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et du paysage », voilà le nom d’un projet de loi aux initiatives prometteuses. Porté par Ségolène Royal, ministre de l’écologie, ce texte visant à « créer une nouvelle harmonie entre la nature et les humains » a remporté une large majorité des suffrages dans l’hémicycle ce jeudi 19 mars 2015 (325 voix pour et 189 contre).

Parmi les décisions entérinées, on note la création d’une agence pour la biodiversité, attendue depuis une dizaine d’années et parrainée par l’astrophysicien Hubert Reeves, ainsi que la finalisation des trames vertes et bleues faisant figurer des espaces de continuité écologique dans les documents d’urbanisme.

Ce projet de loi est entre autre destiné à alléger l’impact de la vie citadine sur l’environnement, et prévoit de protéger la faune et la flore là où elle se trouve. Son fonctionnement est également d’utiliser la biodiversité comme une solution aidant à lutter contre le réchauffement climatique comme le prouve l’article 36.

Celui-ci mentionne que désormais, les bâtiments situés en zones commerciales ne peuvent être construits que s’ils comportent « sur tout ou partie de leur toiture, et de façon non exclusive, soit des procédés de production d’énergies renouvelables, soit un système de végétalisation basé sur un mode cultural garantissant un haut degré d’efficacité thermique et d’isolation et favorisant la préservation et la reconquête de la biodiversité. »

toits-du-Palais-de-Chaillot-paris-jardins-de-gally

Les futurs bâtiments construits devront donc désormais suivre l’exemple du centre commercial Beaugrenelle et sa toiture végétalisée de 6800 m² en plein Paris ! Cette mesure vise d’une part à alléger la consommation des bâtiments concernés, d’autre part, à les rendre capables de produire leur propre énergie.

Les centres commerciaux sont les premiers concernés par cette initiative étant donné la superficie plane offerte par leur toiture. Elle favorise la plantation des espèces végétales à même de contribuer à la mise en place de ce type de dispositif et même si aucun pourcentage de végétalisation n’est pour le moment imposé, elle laisse dans tous les cas des opportunités vastes.

toiturevegetalisee

Outre l’intégration de nouveaux espaces verts dans la ville, la végétalisation de ce qu’on appelle « la cinquième façade » permet de limiter le ruissellement en augmentant la capacité d’absorption des eaux de pluie par les plantes. La quantité d’eau à gérer par les bassins de rétention est ainsi diminuée et le phénomène d’évaporation permet d’abaisser la température des masses d’air environnantes et ainsi de limiter l’utilisation de la climatisation.

La validation de ce projet de loi témoigne d’une prise en considération nouvelle de la biodiversité, la faisant passer de l’état de problématique à celui de solution. Aujourd’hui, le centre commercial Beaugrenelle fait ses premières récoltes de miel. Une autre motivation pour suivre son exemple.

 

Crédits photos : terriStorias, Valode & Pistre

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone