Sous les pavés, les plantes

Sur nos différents trajets en zones urbaines, on s’aperçoit que la nature n’est pas si éloignée des centres-villes. Chaque interstice, chaque craquelure laisse émerger une tige, une feuille ou une brindille. Cette biodiversité est caractéristique et les milieux urbains ont aujourd’hui leur propre identité végétale. Le Museum National d’Histoire Naturelle de Paris et une association cherchent à en savoir davantage.

Si l’on jette un coup d’œil rapide à nos grandes cités urbaines, on a l’impression que chaque végétal que nous croisons a été planté là par la main de l’homme. Les parcs, squares et jardins sont en effet là pour l’agrément de tous et les espaces verts publics sont aujourd’hui très prisés en cas d’éclaircie. Allez faire un tour aux buttes Chaumont un samedi du mois de juin… Par ailleurs, ils ont un impact sur notre qualité de vie en dépolluant l’air, ou détoxifiant les sols.

Si l’on regarde de plus près, on croise quantité de plantes sauvages qui ont décidé de s’installer à des endroits inattendus. Des pissenlits, des campanules, des graminés… une réelle biodiversité compose notre environnement citadin dans les moindres interstices de chaussée, trottoir et muret.

A l’heure actuelle, si l’on sait à peu près définir quelles sont les espèces communes dans les villes, on n’a encore jamais listé les espèces végétales localisées en pleine rue. Les chercheurs ont besoin de données plus affinées sur les villes. Et c’est là que le programme « Sauvages de ma rue » intervient !

DSC07063 (3)

Afin d’identifier toutes ces espèces et le rôle qu’elles jouent dans notre écosystème, l’association Tela Botanica et le MNHN proposent à chacun de nous de participer à un programme d’observation des trottoirs, pieds d’arbres, bouches d’égouts et autres ronds-points afin de mieux cerner les squatteuses de nos quartiers. A la fois pédagogique et scientifique, ce programme s’inscrit dans le dispositif Vigie-Nature, qui permet l’analyse de l’état de santé de la biodiversité.

Grâce à « Sauvages de ma rue », vous en saurez davantage sur les plantes que vous croisez en allant au métro et sur lesquelles votre attention ne s’était alors jamais réellement portée. Français ou belge, débutants ou passionnés, chacun peut y participer !

Pour en savoir davantage, le site du programme.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone